Editions : nouvelles parutions Actualités
     
 

#Fa Si La timbale

Méthode de timbales en 2 volumes destinée aux fin de cycle 1, cycle 2 et CEM

 

20 études accompagnées au vibraphone

Une version avec accompagnement au piano est également disponible

 

Bandes audio d'accompagnement téléchargeables

Timbales : Marcel Artzer

Vibraphone : Franck Dentresangle

 

 

 

Préface

« #Fa Si La Timbale » permet de développer deux des aspects les plus importants à maîtriser pour la pratique des timbales, l’articulation et l’oreille.

Concernant l’articulation, chaque étude est précédée d’exercices techniques en rapport avec les ponctuations rencontrées (louré, accent, staccato, legato...). L’apprentissage se porte alors sur les différents modes de jeu permettant de bien réaliser ces articulations.

Le fait que chaque étude soit accompagnée permet d’exercer l’oreille et par ricochet, améliore considérablement la justesse de l’accord. En plus du plaisir de jouer avec son professeur, l’élève va développer de véritables réflexes « chambristes ».

Que ce soit pour la pratique de l’orchestre, de la musique de chambre ou encore l’exécution de pièces solos, tous ces apprentissages seront extrêmement bénéfiques pour les élèves dans leurs futures vies de musicien.

Avec « Fa Si La Timbale », Franck Dentresangle offre aux professeurs et leurs élèves un outil remarquable, pédagogiquement très abouti et judicieux.

Je vous recommande cette méthode sans modération !!!

François Desforges
Timbalier à l’orchestre National de France
Professeur à la Haute école de musique de Genève-Neuchâtel

 

 

 

 

Je passe à quatre

Méthode pour débuter le marimba 4 baguettes.

Je passe à quatre est une méthode pour débuter le marimba à 4 baguettes dès la fin de premier cycle, 14 leçons progressives composées d’exercices préparatoires et de courtes pièces permettront aux jeunes percussionnistes de s’habituer petit à petit au jeu à 4 baguettes en détaillant les gestes et en explorant quelques notions harmoniques.

Nouvelles vidéos

Dessine-moi un vibra

Visionner et écouter les 14 pièces de ma méthode

 

Flamerie et Faisons le Buzz

pour caise claire solo et 2 percussionnistes

 

 

Le disque Vibrãçao est disponible.

 

vous pouvez vous le procurer chez Alfonce Production

ou Didier Lacroix Percussions

1 extrait Les Toukis
2 extrait Mélopée
4 extrait Vibração
6 extrait Le temps d'un soupir
7 extrait Flûte et sticks mvt1
11 extrait Neige rose
 
 
 

 

 

 
"Le seul véritable commentaire d'un morceau de musique est un autre morceau de musique.
 

Exercice délicat que de se présenter et décrire son univers artistique. En toute sincérité, je m’y prête. La percussion et le rythme ont toujours attiré mes oreilles. Petit, je me souviens avoir éprouvé une véritable attirance pour certaines musiques que je savourais en boucle, des heures durant, sur de bonnes vieilles cassettes. Parmi mes premiers tubes : Lully, Charpentier, Mozart et sa flûte enchantée… Je trouvais ça terriblement dansant et entraînant… (rétrospectivement, je plaindrais presque mes parents qui ont enduré mais encouragé mes passions, merci papa et maman !...). Un peu plus tard, vinrent « Don’t stop the Carnival » de Sonny Rollins, « Flying home » de Lionel Hampton et enfin «Kind of Blue » de Miles Davis. J’ai gardé de ces premières expériences et de mon éducation musicale le goût de la musique dite « savante» dont le jazz. Tout mon parcours d’étudiant sera jalonné par cette volonté : jouer en orchestre et improviser ! Les rencontres marquantes constituent souvent des moments décisifs pour orienter une carrière, voire une vie. Ma première rencontre fondamentale : Daniel Ardaillon. Ce pédagogue hors pair m’a révélé l’univers des percussions sous toutes ses formes. Dans sa classe de Montluçon, nous enchaînions stages de djembé, de congas, « Ionisation » avec Georges Van Guth, auditions démesurées, concerts avec les percussions de Strasbourg, master Class avec Robert Van Sice, rencontre avec Franck Tortiller… Vint ensuite l’attirance pour la capitale. Là, pour me perfectionner, je retrouve François Desforges, Montluçonnais comme moi et fraîchement nommé timbalier à l’Orchestre National de France. Puis, je tombe sur le diable : « sa majesté le jazz » qui m’avait toujours appelé de toutes ses forces se présente à moi sous les traits de David Patrois, formidable vibraphoniste qui m’enseigne la délicate alchimie de ce langage. Ma rencontre avec Frédéric Macarez, suite à mon entrée dans sa classe, a beaucoup compté dans ma formation grâce, notamment, à la multitude de musiciens que j’ai pu côtoyer lors des différents festivals et master classes qu’il organisait rue de Madrid (Evelyn Glennie, Ian Wright, Graham Johns, Kevin Hathway, Klaus Tresselt, Jacques Rémy, Rainer Seegers, Dave Samuels, David Friedman…). L’éventail était large. Il m’a permis d’affirmer mes goûts et mes choix et de construire les différentes voies qui ont orienté ma vie de percussionniste professionnel. Parmi toutes ces rencontres, Eric Sammut, devenu pour moi un ami, m’a conforté dans mes choix esthétiques. En plus, c’est à cette époque que les hasards de la vie m’ont permis de rencontrer celle qui allait devenir mon épouse : formidable Claudia, musicienne venue du Brésil, qui m’a embarqué dans sa culture, enrichissant ainsi mon style et ma pratique des percussions. Enfin, l’enseignement s’est révélé essentiel dans ma vie de musicien et j’ai beaucoup appris sur mon jeu au contact des élèves. Désormais, composition et improvisation font partie de mon quotidien. La percussion classique et le vibraphone jazz occupent toujours mon cœur et mon esprit : j’ai éprouvé autant de plaisir à jouer les symphonies de Haydn ou de Beethoven sous la direction de Arie Van Beek avec l’Orchestre d’Auvergne, Amériques de Varèse avec l’Orchestre de Paris qu’à faire la première partie de Mike Stern avec mon quintet « Extensions».
Le lien dans tout ça : la musique ! D’ailleurs pour moi, il n’en existe qu’une bonne : celle que j’aime !!!